chez jeannette - sage-femme

l'association "sages-femmes du monde"-1975/2001

Un lien internatonal entre sages-femmes


Voyage d'études au MAROC - 3 au 10 décembre 1994


VOYAGE D'ÉTUDES AU MAROC (3 au 10 décembre 1994)


L'Association SAGES-FEMMES International organise un voyage d'études à la rencontre des sages-femmes du Maroc.

Ce voyage s'inscrit dans la continuité des voyages d'études de l'association dont le précédent à eu lieu en 1990 à la rencontre des sages-femmes du BURKIN A FASO. D' autres voyages sont prévus: en Tchécoslovaquie, au Québec, en Tunisie.

Le voyage au Maroc répond aux désirs de SAGES-FEMMES International de nouer des relations de partenariat avec les sages-femmes du Maroc, du Maghreb et plus largement de l'Afrique francophone.

L' objectif retenu conjointement entre SAGES-FEMMES International et l'Association Marocaine des Sages-Femmes est de préciser quelle est la formation adéquate des sages-femmes pour développer leur SAVOIR, SAVOIR FAIRE, SAVOIR ÊTRE. Et cela, aussi bien en Afrique du Nord et Centrale qu'en France et dans le monde, pour le service des mères, des familles et des programmes gouvernementaux de santé publique.

PROGRAMME SCIENTIFIQUE

3 décembre: Voyage collectif PARIS/MARRAKECH pour les sages-femmes passant par Paris. Il est possible aussi de se retrouver directement à Marrakech.

4-5 décembre : COLLOQUE entre les sages-femmes sur le thème: «BESOINS ACTUELS EN SANTÉ PÉRINATALE ET SAGES-FEMMES ».

Quelle formation (initiale et continue) pour développer le Savoir, Savoir Faire et Savoir Être des sages-femmes?

6-7 décembre : chaque sage-femme fait un stage avec une sage-femme marocaine sur son lieu de travail.

8 décembre : Après-midi et soirée de bilan du colloque et des stages, avec projection audio-visuelle et invitation de personnalités médicales, sociales, politiques. Des interventions seront demandées aux personnalités présentes sur le thème: « LES GOUVERNEMENTS ONT-ILS BESOIN DES SAGES-FEMMES COMME PARTENAIRES POUR RÉUSSIR LES PROGRAMMES DE SANTÉ PÉRINA TALE ? »

PROGRAMME DE DÉTENTE

3 décembre 1994 : visite de MARRAKECH, le soir.
4 décembre 1994 : diner en ville.
5 décembre 1994: diner avec fantasia, folklore berbère, méchoui.
8 décembre 1994 : diner de gala.
9 décembre 1994: journée libre et soirée« d'au revoir» avec les sages-femmes marocaines.
10 décembre 1994 : Voyage de retour.
du 10 au 17 décembre 1994 : possibilité de rester une semaine supplémentaire pour détente et visite du pays.

INSCRIPTIONS SONT ACCEPTÉES JUSQU'AU 30 OCTOBRE 1994 (dans la mesure des places disponibles)

TROP PEU D' INSCRIPTION ETANT ARRIVEES AVANT OCTOBRE 1994,
LE VOYAGE A ETE ANNULE SOUS SA FFORME DE GROUPE

17/07/2009
1 Poster un commentaire

Réflexions d'une sage-femme du monde : 20 ans de vie associative

Réflexions d'une sage-femme du monde
(chronique de 20 ans de vie associative)
Questions de Joëlle Le Goff, sage-femme




Jeannette Bessonart

J.L.G. -  A l'occasion des 20 ans de l'association dont je suis actuellement la présidente, il m'a semblé important de poser quelques questions à P.J. Bessonart qui en a été la créatrice et qui en est, depuis 'de longues années, l'animatrice. »

J.L.G. : Quelle a été l'idée qui t'a fait créer SAGES-FEMMES DU MONDE EN 1975 ?

P.J.B. : Il ne faut pas oublier que 1975/ 1980 ce sont les années où existaient plus que maintenant, cette attitude d'ouverture, de recherche, de convivialité pour faire des choses ensemble. Mes études de sage-femme ne m'avaient pas permis de vivre cette solidarité. C'est donc, tout naturellement et grâce à un tempéramment personnel d'ouverture aux relations humaines que j'ai rencontré, des sages-femmes de plusieurs pays du monde.
     Donc, la création de SAGES-FEMMES DU MONDE n'était pas prévue. Elle s'est faite tout naturellement. Nous nous sommes rencontrées pour parler de la naissance et du métier. Nous avons voulu nous revoir et nous sommes arrivées jusqu'en Mai 1995. Nous avons prouvé que la sage-femme n'était pas en voie de disparition

1 voir le lien :http://chezjeannette.blog4ever.com/blog/lirarticle-65637-586646.html).

J.L.G. : Tu dis, nous sommes arrivées jusqu'en 1995. Est-ce que toutes celles de 1975 sont arrivées jusqu'en 1995 et que s'est-il passé, dans tout ce temps, que tu n'as jamais dit?

P .J.B. : Non, toutes celles de 1975 ne sont pas arrivées en 1995. Je voudrais tout d'abord parler de choses dont je n'ai jamais parlé. C'est l'occasion de faire un bilan avec un optimisme mesuré. Pendant toutes ces années, la majorité des sages-femmes étaient des françaises.
     Dans tout ce temps, il y a eu, comme dans toute association bénévole, les abandons, les départs volontaires, les fausses propositions d'aide, les absences, les intrigues, les reproches (tel celui de prendre le pouvoir), faits surtout quand personne ne fait rien et quand on s'imagine qu'être dans une association c'est avoir du pouvoir, demander des comptes et parader.
     Je dois dire que c'est parmi les membres de ma profession, que j'ai rencontré les personnes les plus virulentes, pour ne pas dire malhonnêtes. Est-ce une question de jalousie ou de manque d'affirmation de soi? Comme si ces sages- femmes, n'ayant pas réglé leurs problèmes personnels venaient faire leur psychanalyse dans l'association. Toutes les personnes qui vivent vraiment la vie associative savent réellement ce que je veux dire.
      Il y a eu aussi les collègues présentes de temps à temps, conférencières le temps d'un congrès, à l'égo démesuré et qui ont fait preuve, quand à leur prise en charge financière, d'exigences pires que les plus grands orateurs alors que nous leur rendons service en faisant connaître leurs travaux!
     Celles qui s'attribuent la gestion de l'association alors qu'elles n'y font rien.
     Celles qui promettent et qui ne viennent pas.
     Celles qui conseillent d'un air suffisant et celles qui rouspètent car on ne leur réponds pas assez vite au téléphone.
     Celles qui nous prennent pour un organisme public d'information, à leur service, sans savoir comment nous vivons financièrement. Celles avec qui j'ai travaillé à mettre beaucoup de choses en route pour les sages-femmes et qui ne disent jamais avec qui elles l'ont fait. Celles qui ont utilisé mes mots et mes idées sans citer leur source.
     Il ya eu aussi les nuits et les jours passés à gérer, dans le bénévolat le plus complet, toute la structure interne de l'association, les programmes de formation, les congrès, les voyages d'études etc ...

20 ans à SAGES-FEMMES DU MONDE m'auront permis de rencontrer, pas mal d'égoisme et un manque certain d'imagination dans la corporation des sages-femmes, que ce soit individuellement ou à travers leurs organismes représentatifs, plus conservateurs que groupes dynamiques de conscientisation, de propositions et de pression.

     J'ai aussi rencontré les gestionnaires politiques, des députés, des ministres, généreux en promesses et interessés seulement lors des campagnes électorales. Et des journalistes parisiens parlant de la naissance à travers leur propre expérience d'accouchement périduralisé avec leur obstétricien plutôt connu dans quelque clinique plutôt huppée.

J.L.G. : C'est un peu triste tout cela!

P.J.B. : Non c'est vrai et c'est la vie. Tu me demandes ce que je n'ai jamais dit. Je dis ! Je pourrais d'ailleurs, encore citer des anecdotes et des faits avec des noms. Mais cette partie là, un peu sombre de toute vie associative, est peu importante par rapport à ce que m'a apporté la gestion de SAGES-FEMMES DU MONDE et maintenant SAGES-FEMMES International.
     J'ai appris les relations humaines, les cultures différentes, le management, et cela a bien enrichi ma vie.
     J'ai appris l'écoute de l'essentiel et l'importance de ne pas se fier aux apparences.
     J'ai bénéficié de magnifiques accueils de collègues sagesfemmes, notamment au Burkina Faso et au Maroc.
     J'ai admiré (et admire encore) la ténacité des sagesfemmes du Québec pour exister comme sages-femmes au service des mères.
     J'ai apprécié la passion d'Astrid Limburg, sage-femme des Pays Bas, pour la naissance physiologique.
     J'ai ... j'ai ... je ne puis citer dans le détail ce que j'ai vécu depuis 20 ans. Mais c'est une grande richesse que je n'oublie pas. Que toutes les personnes que j'ai rencontrées ne l'oublient pas non plus.

J,LG. : En fait c'était plus facile d'être sage-femme du monde que sage-femme de France?

P.J,B. : Cela peut être dit de cette manière. Ce n'est pas plus facile, c'est plus enrichissant. On multiplie par 10, 20, 30 (selon le nombre de pays) la possiblité de rencontrer quelques sages-femmes authentiques et cela fait une grande équipe. En restant seulement cantonnée sur la France, j'aurais très rapidement été limitée et j'aurais peut-être changé de métier. Car être sage-femme pour moi, c'est remplir la globalité de sa profession: humaine d'abord avec la protection de la physiologie obstétricale et technique ensuite pour travailler en prévention, dans le dépistage et le traitement des risques obstétricaux.

J,L.G, : Comment va être maintenant organisé SAGESFEMMES International?

PJB.: A ce jour, nous avons rempli tous nos objectifs (voir le chapitre « Historique de l'association ») y compris la création de la revue « SAGES-FEMMES International ».

J.L.G. : La revue, c'est une belle réussite. Comment va-t-elle évoluer?

P.J.B. : On sait bien que pour toute revue, la première année est un test. Dans cette première année, je peux remarquer plusieurs choses:

- c'est un travail très prenant et très interessant que de publier une revue. A notre époque, il faut trouver un bon éditeur et une bonne régie publicitaire. Ce qui n'est pas évident,

- nous avons reçu beaucoup d'articles de la part des sagesfemmes et nous possédons une banque de données qui nous permet de publier une revue pendant des années,

- nous avons reçu de nombreuses lettres d'encouragements à faire une revue par les sages-femmes et pour les sages-femmes,

- nous avons besoin de faire des ajustements avec l'éditeur, Monsieur Ambrosini de la la société Médialogues afin que la revue soit le reflet de ce que nous voulons et qu'elle paraisse longtemps,

- si les abonnements sont le reflet de votre satisfaction, nous devrions en recevoir beaucoup. Or tel n'est pas le cas. Nous avons besoin de plus d'abonnements. Cela dépend de vous si vous désirez continuer à soutenir la publication d'une revue ouverte, agréable faite par les sages-femmes et pour les sages-femmes.

Bien sincèrement, je ne sais pas comment la revue va évoluer. Mais déjà, d'avoir pu en faire une, c'était un challenge qui est devenu réalité.

J.L.G. Est-ce que tu te vois encore longtemps à la gestion de l'association?

P.J.B. : Ce n'est pas que je me vois ou pas. C'est, est-ce que j'ai rempli mon temps ? Je pense que j'ai rempli mon temps. Depuis plusieurs années, je rappelle que à partir de 1995, je ne garderai que peu d'activités dans le sein de l'association, seulement l'organisation de voyages d'études et la gestion de la revue. Tout le reste, sera repris par des sages-femmes ou s'arrêtera. Il n'y aura aucun regret de ma part. Les choses et les gens font leur temps et c'est à d'autres de reprendre le flambeau. Ou alors d'autres activités nouvelles se mettent en place et qui correspondent plus à leur temps.

J.L.G. : Et si d'autres sages-femmes ne viennent pas prendre la relève à SAGES-FEMMES International?

P.J.B. : Tant pis pour elles et pour la profession. C'est une structure de la profession qui peut les aider. Peut-être aussi, SAGES-FEMMES International aura fait son temps et elles mettront en place d'autres structures plus adaptées aux temps futurs. J'ai trop souffert de la main mise des "anciennes sages-femmes"  sur la profession - lorsque j'étais jeune sage-femme - pour refaire la même chose.

J.L.G. : Que vas-tu faire maintenant?

P.J.B. : D'abord, ça fait 40 ans que je travaille. Alors il est bien normal que je décroche un peu de mes nombreuses activités pour avoir le temps d'apprécier la mer, la lecture et la musique

     Je veux me consacrer au travail très interessant que je fais actuellement pour les quelques années qui me restent avant ma cessation d'activité professionnelle. C'est le management de la maternité Pasteur à Royan où je peux mettre, plus ou moins, en pratique les principes du Management Obstétrical. A la maternité Pasteur, j'essaye de faire pour les clientes, avec les medecins et le personnel « Une maternité pour bien vivre ». (CF chapitre INFOS, INFOS).

 J.L.G. : Si tu devais en quelques mots résumer ta participation à l'association SAGES-FEMMES international que dirais-tu ?

P.J.B. : Je dirai, communication, partenariat, échanges, savoir, savoir être, savoir faire, soutiens, coups bas, nuits blanches, épuisement, fierté, pas de regrets, enfin pour résumer: mission accomplie. MERCI


Note de J.Bessonart

     Nous sommes en 2009 - cet article a été écrit en 1995.
     Depuis 2001 j'ai pris ma retraite professionnelle confiant l'association SAGES-FEMMES International aux sages-femmes en activité et en contact avec l'association. Certaines ont montré un intérêt pour reprendfre le concept de SAGES-FEMMES DU MONDE mais...........
SANS SUITE !!!!! Je n'en connais pas les raisons.
     Mais, compte tenu de la vie plus difficile et de "la crise" j'observe qu'il y a un repli certain sur son pays, sa région, sa ville, son quartier... et une baise de l'intérêt des sages-femmes au niveau international.


12/07/2009
0 Poster un commentaire

L'association SAGES-FEMMES International : le nouveau nom de SAGES-FEMMES DU MONDE

SAGES-FEMMES International : 1995 - 2001



1994

- RESTRUCTURATION DE "SAGES-FEMMES DU MONDE" qui devient "SAGES-FEMMES  International" pour réorganiser l'association compte tenû de la diversification de ses activités et de la création de la revue "Sages-Femmes International". Si le nom change, l'objectif reste le même :
- favoriser et maintenir les relations professionnelles entre les sages- femmes dans le monde pour leur formation initiale et continue
- participer mondialement aux efforts de prévention périnatale maternelle et infantile dans le cadre de la santé publique

- janvier - programme annuel de formation au management obstétrical et à la prévention des risques médico-légaux en obstétrique.
- LANCEMENT DE LA REVUE "sages-femmes international"

- Mars: Enquête sur L'accouchement en France sous ses aspects culturels, médical, psycllologiques présentée sous forme de 3 documentaires à la télévision française (FR3).

- Mai: Congrès international pluridisciplinaire (Royan/France) en partenariat avec la clinique Pasteur de Royan, sur le thème Humanisation et naissance, "Etre humain, c'est bien". 700 participants (parents et professionnels) sous le patronnage du ministre délégué à la santé, Philippe Douste Blazy ont abordé le thème HUMANISATION ET NAISSANCE.
Ce congrès est fait aussi en partenariat avec l'association "Questions pour agir" qui organise en 1994 les états généraux de la naissance dont les sages-femmes ne doivent pas être absentes. Programme des états généraux de la naissance

- Recueil des données pour la conférence de consensus et rédaction des Cahiers de la naissance.
- Conception des questions et rédaction des bases scientifiques pour l'élaboration de la conférence de consensus.

- juillet - publication des actes du congrès de Royan

- Octobre: Conférence de consensus.

- décembre - voyage d'études au Maroc à la rencontre de nos collègues sages)femmes du Maghreb et d'Afrique pour la Clôture de la Décennie des mères par un congrès international sur le thème :"A chaque mère, une sage-femme compétente".
(non réalisé en groupe soutenu par SAGES-FEMMES International par nombreinsuffisant d'inscriptions)


1995

- janvier - programme annuel de formation au management obstétrical et à la prévention des risques médico-légaux

- mai Congres international pluridisciplinaire pour les sages-femmes, infirmières, puéricultrices, aides-soignantes, auxiliaires de puériculture , médecins, parents, gestionnaires de santé (4 jours) à Biarritz (France) sur le thème

 Douleurs et naissances.
pour la fête des 20 ans d'existence 
de l'association SAGES-FEMMES DU MONDE.


- THÈMES :
Module 1 - DOULEURS DE L'ENFANTEMENT ET SÉCURITÉ DE LA NAISSANCE
Module 2 - SÉCURITÉ OBSTÉTRICALE INTERNATIONALE ET SAGES-FEMMES

- Décembre - voyage d'études au Sénégal (non réalisé)

PROJETS :

1996 - 6° congrès international de sages-femmes en Grèce
           sur le thème : la sage-femme du troisième millenaire au passage de                  la vie pour créer des relations (non réalisé)

-  Voyages d'études au Mali, en République Tchèque, au Québec, en Roumanie, en Tunisie (non réalisé)

Un mot de Jeannette Bessonart

     C'est à partir de  Mai 1995, que l'association sages-femmes international à la suite du congrès de Biarritz,  s'est posé la question de poursuivre  son activité

     Au congrès de Biarritz, il est ressorti une exigence des sages-femmes face à l'association qui ne remplirait pas son rôle international.

      Il était reproché, assez fortement,  en particulier de ne pas avoir invité plus de sages-femmes étrangères... donc de ne pas être assez internationale...

     Ces sages-femmes, non membres de l'association et non actives dans son fonctionnement, ne se rendent pas compte  de l'effort qu'il faut déployer pour financer de telles initiatives (voyages et congrès) et du peu d'aides financières  que nous recevons.

     En clair, bien que nous ayons donné la parole et la place pour leurs publications à beaucoup de sages-femmes, de France et du monde,  qui n'auraient pas trouvé une place ailleurs, nous n'avons pas les moyens et les adhérentes suffisantes pour mener toutes les activités qui nous semblent essentielles.


     Nous avons fait appel aux sages-femmes. Très peu ont répondu.  En cela, j'ai l'impression que nous vivons une époque où d'actrices  de leur profession , les sages-femmes deviennent "consommatrices " à l'image de l'impression que j'ai en accompagnant les mères , dont beaucoup viennent "avec un caddie afin que je mette leur enfant parfait, sous cellophane" . Bien sûr cette image est une boutade... mais pas très éloignée de la vérité.

     Il est donc décidé à partir de Mai 1995 :

- d'attendre avant de proposer d'autres activités, afin de voir si de nouvelles sages-femmes - en activité professionnelles -  viennent reprendre la gestion de l'association compte tenu du départ à la retraite de certaines des membres actifs de l'association SAGES-FEMMES International


     J'espère que les relations internationales entre sages-femmes, de soutien et de solidarité, perdureront sous une forme ou sous une autre.


Mise à jour 2009

Que devient SAGES-FEMMES international
par J.Bessonart qui en a été l'animatrice de 1975 - 1997

     Pour l'association SAGES-FEMMES International, en 1995 après le congrès de Biarritz, j'avais signalé que je cessais toute activité sage-femme au moment de ma retraite.
    En effet, j'ai trop souffert lorsque j'étais en activité de la main mise sur la profession, et du blocage  des sages-femmes  "retraitées"  que ce soit au niveau du conseil de l'ordre ou des syndicats ou des diverses associations, pour reproduire leurs attitudeds envoers les jeunes collègues.
      J'ai donc remis tous les documents à la présidente, de l'association  en espérant que quelques unes des sages-femmes en activité continueraient l'activité de l'association. Depuis que je suis à la retraite,  une sage-femme  m'a contactée... sans résultat... Elle a du se rendre compte que c'est beaucoup de travail !!! je n'ai plus aucune nouvelle. je pense donc que l'association est en sommeil.
     Mais je n'ai pas entendu que d'autres structures de sages-femmes en France (syndicats, associations diverses ou autres...) aient un souci et une activité au niveau international.. c'est dommage !

      Il serait interessant que les sages-femmes  en exercice en 2009 racontent où elles en sont de leurs relations internationales et avec quels organismes elles sont en contact. J'attends leur courrier



12/07/2009
2 Poster un commentaire

SAGES-FEMMES DU MONDE : une manière d'être et de faire


SAGES-FEMMES DU MONDE :
UNE MANIERE D'ETRE ET DE FAIRE
1975 - 1995 : 20 ans

puis 1995 - 2001 : SAGES-FEMMES International : 6 ans

Réussir ensemble les naissances,
c'est donner à la vie toutes ses chances


     En l'an 2100, nous serons 10 milliards d'humains.
     Dans quel monde ? pour quelle naissance ?


     Chaque année 500 000 mères meurent lors de leur accouchement. Des millions de mères dans le monde vivent difficilement leurs conditons de maternité. Nous sages-femmes paer notre place privilégiée dans l'accompagnement global (humain et médical) des naissances, comme "passeuses de vie" , nous avons le souci de la santé des mères, des enfants, des familles.
     L'histoire de l'association SAGES-FEMMES DU MONDE mérite d'être racontée car elle manifeste l'action  solidaire exemplaire et sans relâche de sages-femmes ayant décidé d'élargir leurs contacts au delà de leur région ou pays dans le but de connaître d'autres manières d'accompagner les naissances

                                                      OBJECTIFS

     Nous, sages-femme, nous  nous sommes regroupées au sein de l'association francophone "SAGES-FEMMES DU MONDE" pour :

- favoriser les échanges - de proximité et en continu -  de sages-femmes dans les différents pays du monde, pour un soutien mutuel;
- développer les contacts de solidarité entre les sages-femmes et les mères dans le respect des cultures et des traditions positives pour les naissances;
- participer internationalement aux efforts de prévention périnatale avec les autres professionnels et les organismes publics et privés de santé.
- EN PRECISANT QUE SAGES-FEMMES DU MONDE est une association FRANCOPHONE de mise en relation de proximité et de soutien entre les sages-femmes du monde (et non pas comme son nom pourrait induire en erreur une action humanitaire qui va soigner les mères et les enfants dans les pays "nécessiteux")
                   
                             SAGES-FEMMES DU MONDE : DES ACTES

Un peu d'histoire.


1975
     Création par Jeannette Bessonart de l'association SAGES-FEMMES DU MONDE  (association de culture francophone) pour manifester les relations de solidarité et de proximité créées entre des sages-femmes francophones au niveau mondial. (Dans 52 états le français est langue officielle ou co-officielle.)

     Le désir d'une ouverture internationale chez des sages-femmes françaises existait déjà. Un exemple : Avant 1975, il n'existait pas en France, de structure associative internationale de sages-femmes. Avant la création de SAGES-FEMMES DU MONDE,  quelques  sages-femmes françaises, - pensant que cela pourrait se faire avec ICM - participent à un congrès de I.C.M. (international confédération of midwifes), association de culture  anglophone gérée par le Royal Collège of Midwifes du Royaume Uni. Elles pensaient adhérer à la structure française de I.C.M., très ancienne confédération de sages-femmes depuis 1919 et venaient s'informer sur les conditions d'adhésion

     Lors de cette  participation on put se rendre compte que cette confédération internationale était une structure interessante et anglophone (pas de traduction ni d'intervention en français à ce congrès par exemple),   et que l'adhésion coûtait fort cher. Nous nous sentions très peu accueillies et  peu partie prenante des débats tous faits en anglais et de culture "sages-femmes anglaises" en majorité, assez loin de nos préoccupations de sages-femmes francophones. C'était dommage car nous pensons que la culture sage-femme francaise pouvait aussi beaucoup apporter et recevoir de ICM (1)

     En 1975 est aussi créée - sur  l'initiative de J.Bessonart, l'association FEMMES/SAGES-FEMMES où des mères et des sages-femmes se retrouvent pour améliorer le suivi des naissances et la pratique professionnelle des sages-femmes. Elles manifestent par là que présent et l'avenir des mères et des sages-femmes sont liés dans la naissance.

1986
- Déclaration officielle de l'association SAGES-FEMMES DU MONDE à la préfecture de police de Paris n° 87/633. Organisme de formation n° 11751298275

1986
- Premier congrès international de SAGES-FEMMES du monde - Semaine d'échanges entre sages-femmes (Paris/Saint-Denis/France) : 300 sages-femmes représentaient 35 pays (Algérie, République fédérale allemande, Australie, Belgique, Cameroun, Québec, Côte d'Ivoire, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Ethiopie, Finlande, France, GrandeBretagne, Grèce, Guinée Equatoriale, Inde, Indonésie, Italie, Kénia, Luxembourg, Mali, Ile Maurice, Mauritanie, Nouvelle Guinée, Pays-Bas, Rwanda, Sénégal, Suède, Suisse, Syrie, Tchad, Tchécoslovaquie, Tunisie, Vietnam, Yemen.)
 
Cette rencontre a permis de faire le bilan de l'état du suivi des naissances dans le monde francophone afin de déterminer ce que sont la physiologie et les pathologies obstétricales. Ce congrès a permis la création du concept "Accompagnement Global de la Naissance" et des recommandations ont été présentées pour la décennie 1986-1996 appelée " La décennie des mères ".

1987
- Déclaration officielle comme organisme de formation continue n°11751298275, buts de l'association:
- favoriser et maintenir les relations professionnelles entre les sages-femmes dans le monde (de langue française) pour la formation et l'information dans l'accompagnement global de la naissance;
- participer mondialement aux efforts de prévention périnatale maternelle et infantile dans le cadre de la santé publique, y compris avec des associations professonnels internationales de sages-femmes telle I.C.M.

1987
- Création d'un service pour les parents intitulé "CENTRE EUROPÉEN DE LA NAISSANCE" dont les buts sont :
- manifester la diversité des vécus (personnel, familial, social, culturel, politique) des parents, des sages-femmes et autres professionnels de la naissance en Europe;
- définir des objectifs d'accompagnement et de soins en prévention primaire afin de favoriser et de respecter la création des liens mère/enfant/père. Cela pour éviter ou diminuer les pathologies physiques et psychologiques périnatales.

1988
- Avril - Sondage sur "le lien périnatal mère/enfant/père" par la société Quotas auprès de la population francaise,  (1215 personnes représentatives de la population française choisies selon la méthode des quotas sur l'ensemble du territoire français et auprès de 1988 lectrices de la revue "enfants magazine" à partir de 3 questions:
. qu'est ce, pour vous, le lien périnatal mère/enfant/père?
. à quel moment ce lien se crée-t-il ?
. que sont les éléments facilitant ou entravant la création et le maintien du lien périnatal mère/enfant/père?

1988
 - Congrès international pluridisciplinaire sur le lien mère/enfant/père (Faculté de Médecine R.Descartes Paris/France) : 700 personnes venant de 40 pays ont échangé sur le thème du nécessaire respect de LA CREATION DES LIENS A LA NAISSANCE

                                                   

1988
- Octobre -  Stage de formation des sages-femmes étrangères avec des sages-femmes françaises sur leurs lieux de travail (publics et privés)

1989
- Publication de 32 cahiers de recherches sur la grossesse, l'accouchement, les suites de couches, la profession de sage-femme dans le monde.

- Mai - Publication du livre "ENFANTER, le lien mère/enfant/père", Ed. Frison Roche - Paris sous la coordination de J.Bessonart. C'est le compte rendu des travaux du congrès sur la création des liens à la naissance de 1988.

- Juin - Publication, avec l'UNICEF, de la cassette vidéo "La vie à fleur de peau" sur le programme "kangourou" de soins aux enfants nés prématurément ou de faible poids.


1990
- Octobre - Voyage d'études au Burkina Faso à la rencontre des collègues sages-femmes. Publication de la charte de Ouagadougou sur la place des sages-femmes en santé publique - Participation au colloque de Ouagadougou intitulé "Sages-femmes en santé publique en Afrique, en Europe, dans le monde"

     La confédération I.C.M. était représentée à ce colloque comme organisatrice et bailleur de fonds.. En tant que sages-femmes francophones et adhérentes de SAGE-FEMMES du monde nous avons ressenti la "méfiance" de I.C.M. vis à vis de notre voyage et de notre association et aussi les divergences de vue entre la culture et les pratiques anglophones et francophones. Nous sentions bien que I.C.M. n'était prête à un partenariat avec SAGE-FEMMES DU MONDE, association francophone internationale.



1990
- Octobre - Organisation de journées d'études sur la responsabilité médico-légale des sages-femmes.


1990
- Organisation d'une journée d'études sur Les médecines traditionnelles chinoises avec le Dr Zhu Mian Sheng, maitre de conférence à l'Institut de Médecines Traditionnelles de Pékin




1991
- Organisation à Paris de plusieurs séminaires d'études sur la responsabilité médico légale des sages-femmes praticiennes et d'encadrement

- Mai -  Congrès européen de sages-femmes (Bruxelles/Belgique) sur le thème: Santé publique périnatale en Europe et pratiques professionnelles des sages-femmes. 1 500 sages-femmes représentaient 48 pays.

                                    

- Publication des cahiers de recherches sur l'Europe de la santé, l'Europe de la naissance, l'Europe des sages-femmes.

1992
- Publication du livre "PAROLES DE SAGES-FEMMES", Ed. Stock/Laurence Pernoud sous la coordination de J.Bessonart
- Publication de la Charte européenne de la sage-femme.

1993
- Organisation de 8 séminaires pour les sages-femmes  sur le management obstétrical, la responsabilité médico-légale, la profession de sage-femme,
- prise de contact avec les sages-femmes d'Algérie, de Tunisie, du Maroc, du Mali et des Pays de l'Est  pour l'organisation de voyages d'études.

1994 - RESTRUCTURATION DE "SAGES-FEMMES DU MONDE" qui devient "SAGES-FEMMES  International" pour réorganiser l'association compte tenu de la diversification de ses activités et de la création de la revue "SAGES-FEMMES International".

cf http://chezjeannette.blog4ever.com/blog/lirarticle-65637-1355718.html

     Si le nom change, l'objectif reste le même :
- favoriser et maintenir les relations professionnelles entre les sages-femmes dans le monde pour leur formation initiale et continue
- participer mondialement aux efforts de prévention périnatale maternelle et infantile dans le cadre de la santé publique
- par différents moyens : séminaires nationaux et internationaux, voyages d'études, service documentation, livres, revues ...


(i) depuis 1975, l'ouverture de ICM (confédération internationale des sages-femmes créée en 1919) tarde encore à se faire vers la francophonie et la culture francophone  ou se fait "dans la douleur" puisque  on peut constater que :

a)- C'est en 1998, que fut créé au sein d'un syndicat de sages-femmes françaises, une association du colloque francophone des sages-femmes de l'I.C.M. afin organiser le Premier congrès francophone de l'I.C.M. à Montpellier en 1998, -  Il semble que cette association, n'ait pas eu de suite. Quand a été fait ou sera fait le 2° congrès francophone ? Et comment cette structure est-elle intégrée dans I.C.M. En fait, elle n'apparaît pas sur le site internet de I.C.M. http://www.internationalmidwives.org/Home/tabid/205/Default.aspx.

b)- lors  du dernier congrès de ICM en 2008  à  Glasgow (Ecosse) une  participante française sage-femme faisait part de sa déception de ne pas voir, à la cérémonie d'ouverture, le drapieau français avec les drapeaux des autres pays. Ce n'est pas une anecdote. C'est un symbole. C'est l'expression de la culture actuelle de I.C.M.
- au même congrès, Madame Mérième Fall du Sénégal élue pour la zone de l'Afrique de l'Ouest précisait "qu'elle entendait faire entendre la voix des francophones au sein d'ICM".

c) - le 21 novembre 2008, la présidente de l'ICM est venue à une réunion organisée par le Collectif des associations et syndicats de sages-femmes pour convaincre les associations de sages- femms françaises de participer à l'I.C.M. cf (revue de l'ordre des sages-femmes, n° 18, février 2009)

e) 2009 - actuellement des sages-femmes françaises, réunies dans le C.A.S.S.F. (Collectif des Associations et des syndicats de Sages-femmes créé en 2007) se posent la question d'adhérer à l'I.C.M. pour avoir une ouverture à l'international.

f) ce qui est certain c'est qu'actuellement la question se pose: quelle est la représentation internationale des sages-femmes de culture française et francophones ? Il n'y en a pas !

La question a été posée à jeannette Bessonart, qui a animé SAGES-FEMMES DU MONDE puis SAGES-FEMMES internatIonal pendant 22 ans.

Je dirai que plusieurs choses doivent être prises en compte dans une réflexion globale si l'on veut être efficace (sinon on peut rester au niveau des relations informelles)  :

a) 1°question : QUI est concerné ?

1- y-a-t-il actuellement des sages-femmes françaises qui ont des relations suivies et de proximité avec des sages-femmes francophones d'autres pays ? dans quels pays ?

2- Y-a-t-il parmi les sages-femmes françaises - en individuel ou par leurs association et syndicats -  un désir et un besoin d'élargir les réflexions et les actions sur la profession au niveau international francophone ? Pendant tout le temps où j'ai animé SAGES-FEMMES DU MONDE puis SAGES-FEMMES International, j'ai pu regretter qu'aucun syndicat, ni association, ni l'ordre des sages-femmes, ni responsable d'école de sages-femmes - en France  en tant que structures organisées - ne nous  aient soutenues; exemple une responsable d'un syndicat nous disant "que faites vous il y a  ICM au niveau international; ça fait double emploi"

3- y a-t-il des sages-femmes de pays francophones qui souhaitent ces relations internationales de culture francophone ?

b) 2° question : COMMENT organiser les relations ?

1- soit relations informelles, de personne à personne comme cela existe actuellement
     C'est mieux que rien ! et cela permet une ouverture d'esprit, de réflexions et      d'actions entre sages-femmes francophones.

2- soit relations organisées à l'intérieur des structures françaises existantes, dans les associations, syndicats, ordre des sages-femmes, C.A.S.S.F
     Cela existe déjà. Ce sont des actions intéressantes et qui ouvrent à l'international francophone mais qui sont dispersées, ponctuellement dans les objectifs généraux des structures existantes faites pour défendre les sages-femmes françaises.
    Elles ont aussi le désavantage de rester franco-françaises et de fermer la possibilité d'adhésion - à des sages-femmes francophones, autres que françaises qui doivent obligatoirement être adhérentes à un syndicat, une association ou à l'Ordre des sages-femmes françaises.
     Cette méthodologie de relations organisées à l'intérieur des strucltures existantes permet une adhésion à ICM . avec une question : pour faire quoi ? pour quelle autonomie ? Il vaut mieux probablement être observatrices  au moins pendant quelques années afin de voir l'ouverture de la structure I.C.M à la culture et  aux activités francophones plutôt que d'y être présentes comme des potiches. . Car I.C.M. est une structure ancienne,  qui me paraît lourde, hégémonique bien installée dans sa culture anglophone, qui aurait sa révolution à faire vers la participation réelle du monde de culture  francophone

3 - soit créer une structure associative française autonome -  telle  Association INTERNATONALE DES SAGES-FEMMES FRANCOPHONES - ouverte à toutes les sages-femmes françaises (de quelque structure qu'elle viennent ) et  aux sages-femmes francophones du monde qui - étant d'accord avec les objectifs - désirent y participer.  C'était l'orientation de l'association SAGES-FEMMES international dont les activités n'ont pas été reprises après que j'ai cessé de l'animer.  C'est la méthodologie qui me paraît la mieux adaptée pour l'autonomie des relations internationales francophones (avec la possibilité de participer aux travaux du C.A.S.S.F. en adhérant à cette structure).
      Cette méthodologie est aussi très adaptée pour la mondialisation des relations sages-femmes et pour agir en partenariat avec I.C.M. si I.C.M. le souhaite.


Il serait interessant que les sages-femmes - qui m'ont contactée pour obtenir des renseignements sur SAGES-FEMMES DU MONDE  et sur ce que je pense des relations internationales des sages-femmes francophones - puissent réaliser la mise en place de cette structure autonome d'une association internationale francophone de sages-femmes.





12/07/2009
3 Poster un commentaire

Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser